Open Space, Part1

         Lorsque les bâtiments cessent de croître, que  les mauvaises herbes colonisent le béton et les rues pour construire, le paysage urbain change. La silhouette des villes augmente et diminue à l'image des courbes des marchés financiers et quand l'argent n'est plus en mouvement, lorsque les fonds ont disparu,  l'horizon des banlieues n'est que bâtiments nus, des squelettes de béton et de fer, de rouille et de poussière .

Les stands de ventes sur les trottoirs, les places de parking et les friches témoignent de la dégradation de l'époque, les numéros de téléphone des vendeurs, pourtant séduisants,  sont d'un autre temps, celui où les bâtiments  ce vendait comme des petits pains, comme s'il n'y avait pas de lendemain.

Tout semble avoir été abandonné dans l'urgence de quelqu'un qui avait quelque chose de mieux a faire ou de ceux qui ni croient plus et partent sans regarder en arrière.

 

Photographe et iconographe indépendant basé à Paris. Disponible pour toutes commandes presse, corporate, architecture et portrait.